La pathologie de la coiffe des rotateurs :

La coiffe des rotateurs est un groupe de tendons qui permettent de stabiliser l'articulation gléno-humérale et de faire tourner l'humérus dans différentes directions de l'espace ce qui permet in fine  de positionner la main au bon endroit pour interagir avec l'environnement et/ou avec soi-même (soins, toilette, alimentation,...).

Malheureusement ces tendons sont fréquemment sujets à des ruptures dégénératives dont la cause est polyfactorielle (dégénérescence, problèmes micro-vasculaires,...). De nombreux patients présentent donc des ruptures d'un ou plusieurs tendons. On est donc fréquemment amené à opérer pour réinsérer les tendons déchirés (pour plus de détails, cliquez ici). Cependant cette chirurgie présente deux limites qui peuvent être critiques chez certains patients :

1) la douleur post-opératoire est parfois très importante et peut limiter la qualité des résultats fonctionnels obtenus. C'est pourquoi je travaille en étroite collaboration avec l'équipe Anti-Douleur de la clinique St Jean l'Ermitage afin d'offrir aux patients un accompagnement optimal de la douleur péri-opératoire.

2) Les tendons ne sont parfois pas réparables : cela peut se constater dès l'intervention (les tendons  sont trop rétractés et il n'est plus possible de les réinsérer) ou bien dans les suites  (On arrive à réinsérer les tendons avec beaucoup de tension mais ils sont trop pathologiques pour parvenir à cicatriser). Différentes stratégies sont proposées dans la littérature tels que les techniques de transfert musculaire, de patch biologique, de reconstruction de ces tendons à l'aide de greffe tendineuse. J'ai développé une technique de reconstruction utilisant les tendons de la patte d'oie prélevée au niveau du genou (lien ici). Cette technique a donné des résultats encourageants mais qu'il faut encore évaluer avec le temps.